MIROSLAV TICHY

1926 - 2011 / République Tchèque

1/10

Élève de l'Académie des beaux-arts de Prague, Miroslav Tichý arrête ses études à l'été 1948, probablement pour des raisons personnelles et politiques (coup de Prague). Durant les années 1950, il imite PicassoCézanne et Matisse, suit les tendances cubistes et impressionnistes. Il expose pour la dernière fois ses peintures, à Brno. 

Il passe à la photographie dans les années 1970 quand il est forcé de quitter son atelier dans la maison familiale, celui-ci étant destiné à être transformé en atelier de fabrication pour une coopérative. Tichý explique ainsi le passage à la photographie :

« Les peintures étaient peintes, les dessins dessinés. Qu'avais-je à faire ? Je cherchais un autre moyen. Avec la photographie, j'ai trouvé quelque chose de nouveau, un nouveau monde. »

Il construit alors lui-même ses appareils photographiques et son agrandisseur, à partir d'ustensiles divers, de plaques de métal, de verre optique pour lunette, etc.

Le thème de ses photographies est quasi exclusivement la représentation de femmes que Tichý aborde dans les rues de Kyjovou à la piscine. 

Dégainant son appareil caché sous son pull, au moment propice, prenant un cliché sans regarder au travers du viseur, se disant capable, par ce moyen, de « prendre une hirondelle en plein vol ». Cette méthode explique le style de Tichý, sous-exposé, peu net, à partir de négatifs abîmés. Il arrête ainsi de créer au début des années 1990.

"Je suis le prophète de la désintégration, le pionnier du chaos, car les choses nouvelles ne peuvent émerger que du chaos". Miroslav Tichy